Expertise de l’argenterie : un domaine à part dans l’antiquité

A partir du milieu du XIXe siècle, dans le milieu de l’antiquité, les faux apparaissent car l’argenterie ancienne commence à prendre de la valeur. Plusieurs critères doivent être observés pour l’expertise de l’argenterie et la découverte d’une éventuelle fraude.

Le titre du métal : il peut être déterminé en faisant un essai sur le métal à l’aide d’une pierre de touche et d’un produit chimique qui révèle le titre du métal.
Les faux poinçons : sur une antiquité, les poinçons de charge, de jurande et de maître sont frappés sur l’ébauche de la pièce. La fin de la fabrication, martelage et chauffe, provoque une déformation des poinçons. Le poinçon de décharge, frappé après la fabrication, est au contraire très net et ne se trouve pas à côté des autres : il est en général frappé sur le bord supérieur de la pièce, sur le piédouche ou sur un couvercle. Une frappe trop nette des poinçons doit donc attirer l’attention.
Les poinçons greffés : une autre falsification consiste à souder des poinçons anciens sur un objet récent. C’est pour tenter de juguler ce type de fraude que des poinçons différents sont apposés sur les gros et petits ouvrages au XIXe siècle. Les soudures se décèlent à la loupe ou en soufflant sur la surface pour y déposer de la buée. On distingue plus facilement une soudure sur un objet terni.
Le surmoulage : ce procédé permet de mouler un objet ancien, qui peut être en argent mais aussi en porcelaine ou en faïence. Un objet surmoulé présente des poinçons au contour flou et son poids est en général plus élevé.
Les transformations : la principale transformation est l’ajout d’un décor ciselé sur une pièce très simple. Pour repérer cette falsification sur une antiquité, il faut vérifier la concordance entre le décor ciselé et les poinçons. Une autre fraude courante a été de transformer des objets : c’est ainsi que de simples cuillères ont pu être modifiées pour devenir des cuillères à saupoudrer dont la cote est bien supérieure.

Ce contenu a été publié dans Expertise de l'argenterie ancienne, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.