Faience ancienne : les techniques de cuisson de la faience de grand feu et de petit feu.

faience-petit-feu

La cuisson de petit feu permet de très belles nuances de couleurs notamment grâce à l’utilisation du pourpre de Cassius et ses tonalités de rose.

La fabrication de la faience ancienne réclame une grande maîtrise technique et plusieurs procédés existent. Les coloris obtenus lors de la cuisson de la faience de grand feu sont très limités. Le développement de la cuisson de la faience de petit feu permet une palette plus étendue

La fabrication de la faience ancienne se fait à partir d’argile. La terre est tournée ou moulée. Après sa mise en forme, l’argile est cuite dans un four à 800°. Le biscuit obtenu est ensuite trempé dans un émail à base d’oxyde d’étain et d’oxyde de plomb dans des proportions variables. La présence d’étain donne son nom à la faïence stannifère. Il imperméabilise la pièce et la revêt d’une pellicule blanche et brillante. La cuisson de cet émail se fait à une température supérieure à la première, environ 1 000°.
Sur la faience ancienne, l’application des couleurs se fait généralement grâce à un poncif, dessin piqueté de trous d’épingles qui permet de tracer les grandes lignes du dessin pour guider le peintre. Le décor peint peut être fait avant la deuxième cuisson ou après, selon la technique retenue.
La faience de grand feu : la peinture est appliquée directement sur l’émail cru ce qui rend les repentirs difficiles. La palette des couleurs utilisables est très limitée car les oxydes utilisés pour la peinture doivent avoir les mêmes propriétés chimiques que l’émail. Le bleu est fabriqué à partir d’oxyde de cobalt, le violet et le brun à partir de peroxyde de manganèse, le vert de protoxyde de cuivre, le jaune d’oxyde d’antimoine. Le rouge est peu répandu dans la faience de grand feu et fabriqué à partir d’oxyde de fer ou de briques pilées. Les camaïeux sont des faiences de grand feu.
La faience de petit feu : la peinture est appliquée sur l’émail cuit et nécessite donc une troisième cuisson à 750 ° pour fixer les couleurs. La palette de couleur est très vaste avec de nombreuses nuances de verts, bleus, jaunes, noirs et des roses et pourpres appelé “pourpre de Cassius”. La cuisson de la faience de petit feu est très délicate et des défauts peuvent apparaître.

Suite les objets d’art en faience

faience ancienne

L’émail recouvre la pièce mais de petits défauts peuvent laisser apparaître le biscuit.

faience-grand-feu-mangenese

L’oxyde de manganèse a été utilisé pour le décor de grand feu en camaieu de cette écuelle.

 

faience-grand-feu

La faience de grand feu ne permet pas l’utilisation de nombreuses couleurs.

 

Ce contenu a été publié dans La faience française, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.