Commode ancienne : d’une région à l’autre

L’histoire de la commode ancienne ne se limite pas à la capitale. A partir du XVIIIe siècle, elle part à la conquête de la province et s’imprègne des particularismes régionaux.
Née à Paris au XVIIe siècle, sous le règne de Louis XIV, meuble à la fois pratique et décoratif, la commode ancienne s’adapte à tout. En noyer, en chêne, en merisier, elle s’approprie le bois et les techniques utilisés dans chaque région pour donner lieu à des créations très diverses. Elle adopte un style décoratif propre qui subit l’influence parisienne des grands styles mais est aussi perméable à d’autres influences : italiennes dans le sud de la France, allemandes et flamandes dans le nord et l’est. Selon les régions, les ébénistes privilégient un décor de bois marqueté ou le bois naturel orné de moulures ou de sculptures.
La commode ancienne trouve sa place dans toutes les demeures. Les modèles provinciaux sont produits par des ébénistes et sculpteurs locaux qui s’adaptent à la demande de leurs clients qui appartiennent à la noblesse ou à la bourgeoisie des villes.
Quelques régions ont cependant préféré le buffet à la commode. Ainsi, on ne rencontre pas de commodes en Normandie.
Le XVIIIe siècle est l’âge d’or de la commode en bois massif régionale. La production de commodes dans l’esprit du XVIIIe siècle perdure au début du siècle suivant mais au XIXe siècle, une unification du style gomme les caractéristiques régionales et dévoile une production plus uniforme.
En Ile-de-France, la commode en bois massif s’épanouit aux côtés des commodes en marqueterie réservée à une clientèle plus aisée. La commode, souvent en noyer ou en chêne, est réservée aux intérieurs bourgeois. Restant proche du style Louis XIV, elle adopte en général une forme rectiligne, une façade plate ou très faiblement galbée. Très simple, la décoration est moulurée : de belles moulurations sinueuses dessinent des cartouches sur les tiroirs. Les entrées de serrures s’inscrivent dans un motif de cercle ou d’ovale mouluré. Les tiroirs sont généralement disposés sur trois rangs mais le premier rang placé sous le plateau compte deux tiroirs, plus petits. Le marbre comme le bois ont été utilisés pour le plateau.

 

commode-ile-de-france

Deux tiroirs sont aménagés dans le premier rang et les entrées de serrure s’inscrivent dans un ovale.

commode-ancienne

En Ile-de-France, une mouluration dessine des cartouches sur les tiroirs

Suite La commode provençale et languedocienne


Ce contenu a été publié dans La commode regionale, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les internautes intéressés par ce conseil ont également consulté :