La commode tombeau : la sculpture à l’honneur sur la commode provençale et la commode languedocienne

commode-provencale

Cette commode sauteuse provençale est richement sculptée et ornée d’une coquille ajourée.

Dans le sud de la France, la commode tombeau, tout en galbe, sert de support pour les sculpteurs.

La commode provençale
Très décorative, la commode provençale s’approprie le style Louis XV tout en étant influencé par l’exubérance décorative de l’Italie. Présentant souvent un galbe prononcé la commode tombeau est généralement en noyer.
La façade, généralement à ressaut, présente un décor mouluré et sculpté très riche mais qui varie d’une ville à l’autre. On retrouve des guirlandes de laurier ou de rinceaux feuillagés mais c’est surtout l’ornementation de la ceinture qui est remarquable. Le motif de la coquille est interprété en Provence avec une rare virtuosité : les modèles les plus aboutis présente un décor ajouré.
Ouvrant généralement à trois tiroirs, elle repose sur des pieds galbés parfois assez courts. Aussi courante que la commode tombeau en Provence, la commode sauteuse, à deux tiroirs, sont plus élancées.
A la lisière du Languedoc, Nîmes propose des commodes qui mettent à l’honneur la virtuosité des sculpteurs. Les tiroirs peuvent être sculptés de cartouches feuillagés et le traverse inférieure, très importante et parfois ajourée, est également décorée d’un motif de coquille et de rinceaux.
A la fin du XVIIIe siècle, le style Louis XVI s’impose à la commode provençale mais allie souvent un décor néoclassique à une forme qui conserve des rémanences du style Louis XV.

commode-nimes

A Nîmes, la commode est galbée et ornée de motifs feuillagés.

La commode languedocienne
De Toulouse à Montpellier, la commode languedocienne est très influencée par la Provence. Le noyer est l’essence la plus utilisée par les ébénistes : il permet de combiner un décor sculpté à une belle mouluration. Dans les différents centres de production du Languedoc, sont produites des commodes aux caractéristiques différentes. La plupart des commodes ont des montants galbés. La façade peut adopter un galbe simple ou un profil en arbalète, qui est cependant plus rare. Elle repose sur des pieds se terminant par des sabots ou sur des enroulements.
A Castres, on rencontre des commodes sauteuses simplement moulurées dont le tiroir supérieur est concave alors que le second est convexe.
A Pézenas, l’accent est mis sur une mouluration sinueuse sur les tiroirs et une traverse chantournée et également moulurée.

commode-tombeau

La commode languedocienne combine moulurations et sculptures.

commode-castres

A Castres, le tiroir supérieur est concave.

commode-pezenas

A Pézenas, une profonde mouluration apparaît sur les tiroirs et la traverse 

Suite La commode lyonnaise et Vallée du Rhône


Ce contenu a été publié dans La commode regionale, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les internautes intéressés par ce conseil ont également consulté :