En 2012, l’investissement dans l’art devient une valeur sûre.

Dans la période actuelle de frilosité des marchés d’investissements, nous souhaitons faire profiter nos clients de notre dernière analyse du marché des antiquités, objets d’art et tableaux anciens pour investir dans l’art.

Si les antiquités haut de gamme, mobilier estampillé ou tableaux signés de peintres côtés restent une valeur en hausse, les pièces de moyenne gamme affichent aujourd’hui une décote allant de moins 25 à moins 30 %.
L’enregistrement de cette baisse constitue une réelle opportunité pour les amateurs d’antiquités d’investir dans l’art. En effet, sachant que le prix du mobilier ancien de moyenne gamme est aujourd’hui stabilisé, cette décote constitue une opportunité d'”investissement-plaisir” sans commune mesure avec ce que nous avons connu ces quarante dernières années. Le marché de l’art, s’il a connu une baisse mondiale des ventes en 2009, est reparti à la hausse en 2010, progression confirmée au premier semestre 2011 (+34%). Les dernières grandes ventes publiques de la fin de l’année 2011, comme celle de la collection Fabius Frères, orchestrée par Sotheby’s & PIASA à Paris les 26 et 27 octobre – saluée notamment par deux nouveaux records mondiaux pour la sculpture du XIXe siècle, deux oeuvres de Carpeaux et Barye vendues respectivement 936 750 € et 756 750 € – confirment l’intérêt grandissant des investisseurs pour le marché de l’art et des antiquités.

Actuellement, l’investissement dans l’art présente donc plusieurs intérêts non-négligeables :
– A l’inverse de l’or, qui est aujourd’hui au plus haut et dont le cours instable présente des fluctuations à la baisse, les antiquités affichent en ce moment des prix très raisonnables.
– Alors que l’investissement dans l’immobilier est frappé par la nouvelle fiscalité sur les plus-values, l’investissement dans l’art conserve sa fiscalité avantageuse.
– Si la bourse et les systèmes financiers sont en ce moment des placements à risque, investir dans l’art de haute et moyenne gamme est devenu une valeur sécurisante, pouvant laisser entrevoir des opportunités de plus-values intéressantes.

Aussi, aujourd’hui, l’art et les antiquités se présentent comme un placement à prendre en compte dans la diversification nécessaire d’un portefeuille d’investissement : s’il fallait l’envisager comme un investissement à long terme il y a encore quelques années, l’investissement dans l’art s’inscrit en 2012 parmi les placements pouvant s’avérer fructueux à moyen terme, tout en apportant des garanties de sécurité inégalables, avec de plus une notion d'”investissement-plaisir” qui reste sans équivalent.

Ce contenu a été publié dans Antiquités : Investir dans l'art en 2012, Le marché, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.