Argenterie et orfèvrerie : des objets liturgiques aux couverts en argent

L’orfèvrerie recouvre une grande diversité d’objets même si la majorité n’est pas antérieure au XVIIIe siècle. Les fontes ordonnées par Louis XIV ont fait disparaître objets liturgiques, vaisselle et couverts en argent.

Dès le Moyen Age, l’orfèvrerie se développe dans les grandes villes françaises et les objets en métaux précieux portent une marque permettant de prévenir la fraude en garantissant le titre du métal, c’est-à-dire la teneur en métal précieux de l’alliage. Si l’or est réservé, la plupart du temps, à des objets de petite taille et aux plus riches, de nombreux objets de table ou de décoration sont réalisés en argent : objets liturgiques, assiettes, plats mais aussi pièces de forme ou couverts en argent. A la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle, Louis XIV promulguent des édits somptuaires qui prescrivent la fonte de l’orfèvrerie : objets, vaisselle et couverts en argent sont fondus pour financer l’effort de guerre. Cette série de lois a contribué à la destruction d’innombrables objets en or et argent et il est désormais rare de trouver des objets en argent antérieurs au XVIIIe siècle, qu’ils soient d’origine religieuse ou civile.

Suite Les poinçons, un système complexe

Ce contenu a été publié dans Expertise de l'argenterie ancienne, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.