Expertise de mobilier ancien : l’estampille des meubles et fauteuils anciens du XVIIIe siècle

 

poincon-jurande

Le poinçon, frappé lors du contrôle par la Jurande des Menuisiers et Ebénistes, se trouve généralement près de l’estampille du maître.

Signature apposée par le menuisier ou l’ébéniste, l’estampille est un gage de qualité du meuble ancien. Marque de fabrique, elle permet généralement d’identifier l’origine du mobilier ancien et des concepteurs. JC Livet, spécialiste en expertise de mobilier ancien et objets d’art, vous donne ses astuces pour vérifier l’authenticité de l’estampille d’un meuble.

Mobilier ancien : qu’est ce qu’une estampille ?
L’estampille d’un meuble était frappée à froid à l’aide d’un poinçon en fer et d’un coup de maillet. La corporation veillant à empêcher les fraudes frappait son propre poinçon, le poinçon de jurande, JME (photo 1) lors de la vérification et avant mise dans le commerce, et percevait à cette occasion une taxe. La perception d’une taxe explique que certains meubles anciens n’aient jamais eu d’estampille ni de marque de jurande. La fraude n’est pas née d’hier !
Pour une série de sièges, l’estampille n’était pas frappée sur tous les sièges mais généralement sur un ou deux.
Les estampilles sont recherchées des amateurs de mobilier ancien. Dans certains cas, notamment si l’auteur est illustre, elles peuvent être pour le meuble un facteur de plus-value conséquent. Une estampille, si elle est d’un petit maître, ne confère pas automatiquement l’attribution d’une valeur importante, mais comme elle flatte les acquéreurs potentiels, la cote d’un meuble est systématiquement majorée de 10 à 20 %.

Suite

Ce contenu a été publié dans Estampille des meubles et fauteuils anciens du XVIIIe siècle, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.