Mobilier ancien : expertise et estimation – 3ème partie

La variation de prix du mobilier ancien ou d’un objet d’art
L’évolution du prix d’un meuble ancien ou un objet d’art se rattache à une valeur boursière. Pour avoir une idée précise de la valeur de son patrimoine mobilier, il faut faire actualiser régulièrement l’inventaire, au moins tous les dix ans. En effet, si la demande pour un type de meuble est forte, les prix montent, si la demande faiblit, les prix baissent. Dès lors, ces prix subissent des effets de mode ou d’évolution des comportements importants. L’expert doit donc connaître en détail les fluctuations du marché au jour le jour.
Mobilier ancien : estimez sa valeur au travers de nombreux ouvrages
On trouve sur le marché des ouvrages qui informent sur le prix du mobilier ancien, à partir de prix obtenus en ventes publiques. Ces informations ne peuvent constituer une base rigoureuse d’appréciation, car souvent le prix obtenu aux enchères est influencé par différents facteurs : – le prix peut être trop élevé, si deux acheteurs se sont disputés le lot, faisant exagérément monter les enchères. – Le prix peut être ridiculement bas, si ce jour-là, il n’y avait pas d’acheteurs pour ce lot dans la salle. – Enfin, le prix obtenu tient compte généralement de l’état réel de la pièce présentée aux enchères. Or cet état est rarement décrit en détail dans les catalogues ou les comptes-rendus de ventes.
Le coût d’une expertise
Le coût d’une expertise est variable en fonction de sa nature. C’est toujours un pourcentage des capitaux estimés avec un coût minimum d’intervention, notamment pour des expertises nécessitant un déplacement. Les tarifs sont généralement dégressifs par tranche. Ce pourcentage peut varier de 1 à 5%, suivant l’expert, le niveau des capitaux estimés et la nature de l’expertise. Ils peuvent être doublés en cas d’expertise d’un sinistre.

Ce contenu a été publié dans Expertise et estimation, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.