Argent massif : de la monnaie aux couverts

argent-massif-timbale

La ménagère et ses couverts en argent apparaissent sur les tables de la bourgeoisie du XIXe siècle.

Métal précieux dès l’Antiquité, l’argent massif est utilisé sous l’Ancien Régime pour réaliser des objets de table ou des couverts.

L’argent est exploité dès l’Antiquité et utilisé pour battre monnaie, pour réaliser des bijoux ou des objets. Les objets en argent ont une valeur décorative mais également une valeur liée au poids de métal précieux qui les compose. A la Renaissance, la découverte de gisements d’argent en Amérique du Sud permet le développement de l’activité des orfèvres et la démocratisation des pièces en argent massif.
En France, la majorité des pièces antérieures au XVIIIe siècle ont été fondues à la suite de l’édiction des lois somptuaires par Louis XIV. Envoyant à la fonte son orfèvrerie d’or et d’argent pour améliorer ses finances, il encourage la noblesse et la bourgeoisie à en faire autant.

couverts-argent

La timbale est l’un des classiques de l’argenterie du XIXe siècle.

Sous le règne de Louis XV, les orfèvres qui sont réunis au sein de corporations aux règles très strictes produisent à nouveau des objets et couverts en argent massif pour la table. L’usage du métal argenté se répand également au XVIIIe siècle, essentiellement pour les pièces de très grandes dimensions dont le prix de revient serait trop important en argent massif.
A partir du règne de Louis-Philippe et l’avènement de la bourgeoise, l’argenterie devient un incontournable des arts de la table avec en point d’orgue les ménagères ou les couverts en argent massif ou en métal argenté mais aussi les classiques timbales.

Suite La ménagère en argent

Ce contenu a été publié dans L'argenterie du XIXe siècle, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.