Poinçon de l’argenterie : authentifier un objet en argent

Grâce à son poinçon, l’argenterie peut être datée et sa qualité est certifiée. Au XIXe siècle, trois grands types de poinçons se succèdent.

Poincon-coq

Le poinçon au coq est en vigueur de 1798 à 1809 et varie selon le titre et le lieu de fabrication.

Au XVIIIe siècle, les corporations et les autorités se livrent à un contrôle très pointilleux des poinçons. Le poinçon appliqué sur l’argenterie change selon la ville dans laquelle il a été fait et selon l’année de production.
Au XIXe siècle, ce système complexe mais très utile pour les historiens est abandonné au profit d’un système plus simple. Le poinçon de l’argenterie varie selon le titre en argent du métal. En effet, trop malléable, l’argent est associé à d’autres métaux et la part d’argent dans cet alliage détermine le titre du métal le premier titre comprend au moins 95% d’argent et le second titre 80%. Jusqu’en 1838, deux poinçons cohabitent : l’un pour Paris et l’autre pour la province.
Le poinçon de garantie est complété par celui du maître-orfèvre qui s’inscrit dans un losange.
Poinçon au Coq : le premier poinçon au coq est utilisé de 1798 à 1809. Le chiffre 1 correspond au premier titre et le 2 au second titre. De 1809 à 1819, de nouveaux modèles mais toujours avec des coqs sont utilisés.

Poinçon au Vieillard : de 1819 à 1838, les poinçons sont renouvelés et figurent différentes personnalités dont le point commun est d’être des “vieillards” d’où l’appellation de poinçon au vieillard. Pour le premier titre, le profil de Michel Ange est utilisé à Paris et celui d’une femme en province. Pour le second titre, il s’agit de ceux de Raphaël et de Socrate, respectivement à Paris et en province.

poincon-vieillard

De 1819 à 1838, l’argent porte le poinçon au vieillard.

 

Poinçon Minerve : à partir de 1838, un seul poinçon d’argenterie est utilisé dans tout l’hexagone. Le poinçon Minerve représente la déesse protectrice d’Athènes casquée.

poincon-minerve

Le poinçon Minerve est en vigueur depuis 1838 dans la France entière.

 

Ce contenu a été publié dans L'argenterie du XIXe siècle, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.