Achat d’antiquités : un bon conseil… achetez à contre-courant

Acheter le style à la mode, le meuble ancien ou l’objet actuellement très médiatisé, provoque tout naturellement un prix surfait qui se réajustera durement le jour où la fièvre retombera.

Procéder à un achat d’antiquités à ce moment-là, vous expose à bien des déconvenues si un jour il vous prend l’envie de le revendre. Le marché des antiquités est un marché boursier. Lorsque la demande est forte, c’est-à-dire lorsqu’un style ou un artiste est très demandé, fait l’objet de nombreux articles, les prix réalisent des enchères record. Lorsqu’ils ont atteints des sommets, la clientèle s’en détourne et les prix s’effondrent. De nombreux exemples de ces phénomènes sont dans toutes les mémoires. Cela a été notamment le cas du mobilier Charles X au milieu des années 80, puis des pâtes de verre, puis de la peinture contemporaine, etc.
Mais lorsque l’on est suffisamment averti et perspicace, on peut aussi faire des placements judicieux dans les domaines du meuble ancien et de l’objet d’art. D’autant plus que ceux-ci bénéficient d’une fiscalité avantageuse.
Si certaines époques ne sont pas à la mode actuellement, tel le mobilier de Haute Epoque (gothique, Renaissance, Louis XIII) qui vaut moins cher actuellement qu’il y a trente ans, le mobilier du XXe siècle (Art Nouveau, Art Déco, design) est par contre actuellement au plus haut.

Ce contenu a été publié dans Devenir un acheteur averti, Le marché, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.