Meubles anciens : se méfier des copies lors d’un achat d’antiquités

Amateurs de mobilier ancien, vous êtes sur le bon site ! Véritable phénomène de société, l’achat d’antiquités est une passion qui touche de plus en plus de français. François Livet, expert en antiquités et objets d’art vous fait part des pièges à éviter lors de l’achat de meubles anciens.

Dés qu’un type d’objets ou de meubles anciens est à la mode, il devient cher et génère un nouvel acteur sur le marché : le faussaire! Il devient alors profitable de fabriquer de faux objets dont les prix de revient n’ont pas de commune mesure avec les prix de vente. Par exemple, de fausses pâtes de verre signées “Gallé” étaient réalisées tout à fait officiellement en Roumanie avec la marque bien apparente en relief sur le verre “copie de” suivie de la signature “Gallé” conforme à la signature originale. Légalement importées en France et dédouanées, il ne restait plus qu’à meuler la mention “copie de” et l’on se retrouvait en présence d’un objet ressemblant parfaitement à un authentique vase de Gallé, parfaitement signé! D’autant que le verre n’étant pas un matériau altéré par le vieillissement, une bonne copie est difficile à déceler. Dès que cette nouvelle s’est répandue, vous pouvez imaginer quelles ont été les conséquences sur le marché pour l’ensemble de la pâte de verre.
Lors d’un achat d’antiquités à un professionnel, pour vous protéger contre tout risque de mauvaise surprise, nous vous recommandons de demander un certificat d’authenticité de la pièce, ceci vous protégera et vous permettra de vous la faire reprendre en cas de faux avéré.

Ce contenu a été publié dans Devenir un acheteur averti, Le marché, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.