Meubles anciens, objets d’art… Comment bien acheter des antiquités en étant informé sur le marché

Le marché des antiquités et des objets d’art subit diverses influences liées à la mode, à la spéculation ou à une désaffection des acheteurs provoquée, notamment par l’apparition de faux dans un secteur précis. Ce fut le cas pour les étains il y a une trentaine d’années et les verreries de Gallé il y a une quinzaine d’années. Pour un amateur d’objets d’art avisé, il y a un intérêt évident à acheter des antiquités à contre-courant et de profiter ainsi de dérèglements provisoires pour acquérir de bonnes pièces au meilleur compte. L’intérêt des objets d’art et des meubles anciens, en dehors des aspects fiscaux ou successoraux, est de posséder des objets rares qui satisfont notre goût et notre sensibilité et de permettre une réévaluation constante des capitaux qu’ils représentent ou tout au moins d’en conserver la valeur. La valeur du mobilier neuf est décotée de 50%, dès l’acquisition.

Un amateur de meubles anciens, averti et attentif, doit développer en permanence ses connaissances et posséder une documentation sur les antiquités ou les objets d’art qui l’intéressent. Il doit aussi s’informer précisément et régulièrement sur l’évolution du marché, notamment en lisant la presse spécialisée : France-Antiquités, la Gazette de l’Hôtel Drouot, le journal des Arts ; Nous allons donc, sur le site internet d’Antiquités-Catalogue, publier une série d’articles destinée à informer les amateurs d’art sur les précautions à observer pour faire des achats judicieux de meubles anciens et d’objets d’art.

Ce contenu a été publié dans Bien acheter ses antiquités, Le marché, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.